https://www.e-tribart.fr/blog/confiants-dans-leurs

Le Matte Painting

Le Matte Painting est une technique reine pour créer des décors de rêve ou modifier un paysage environnant selon les besoins d’un réalisateur.

shutterstock_204508138

Le Matte Painting (dont on ne connait pas de traduction valable en français), consiste à peindre un décor imaginaire par-dessus un film ou une photographie existante, afin d’embellir et d’enrichir le visuel. Il s’agit donc d’une catégorie d’effets visuels (VFX), très réputée, largement utilisée dans de très nombreux films, et qui a su conquérir ses lettres de noblesses : les grands Matte Painters sont souvent considérés comme des artistes.

Avec une demande en croissance tellement le numérique en a démultiplié les possibilités cette dernière décennie. Mais pas d’illusions : c’est un métier qui demande de la créativité, mais aussi d’en acquérir les techniques et les bonnes pratiques pour arriver à être reconnu professionnellement.

Un peu d’histoire
Et non, le Matte Painting n’est pas arrivé avec l’ordinateur, loin de là. A l’origine, le Matte Painting se faisait le plus souvent avec des peintures réalisées sur de grandes plaques de verre. Le premier Matte Painting de l’histoire est réalisé par Norman Dawn en …1907, pour le film « Missions of California ».

De très nombreux films ont ensuite utilisés cette technique, et c’est seulement en 1985, que l’ordinateur commence à être utilisé, pour le premier Digital Matte Painting, fait par Chris Evans pour le film « Le Secret de la Pyramide ». En 1990 c’est le film « 58 minutes pour vivre », qui le premier utilise un Matte Painting traditionnel composité numériquement.

Parmi les grands noms du Matte Painting, on peut aussi citer : Peter Ellenshaw, l’un des plus fameux Matte Painter sur verre, mais aussi Linwood G. Dunn, l’un des pionniers des effets spéciaux.

Les outils
Tout naturellement, l’outil premier du Matte Painter est Photoshop. Vous trouverez même de très nombreux didacticiels sur Internet pour apprendre à faire vos premiers Matte Paintings. Bien entendu, pour ce travail très artistique, vous aurez absolument besoin d’une tablette graphique : impensable autrement !

De plus, pour un résultat efficace et personnalisé, vous aurez tout intérêt à créer vos propres brosses et ne pas vous contenter d’utiliser celles fournies par le logiciel. Conseil : utilisez les options de dispersions et de couleurs dynamiques pour avoir des brosses riches et variées.
Il sera aussi fréquent de vouloir utiliser des brosses à partir d’images (par exemple pour peindre des nuages). Vous trouverez aussi de nombreuses brosses sur Internet, parfois excellentes, mais n’hésitez pas à créer les vôtres…

Bien sûr, Photoshop n’est pas le seul logiciel idéal pour faire du Matte Painting, et l’usage de Gimp (http://www.gimp.org/) ou de MyPaint (http://mypaint.intilinux.com/) par exemple pourra également très bien faire l’affaire : dites-vous bien qu’un bon Matte Painting ne réside pas dans la force d’un outil logiciel, mais avant tout dans le talent d’artiste que vous allez donner.

Les techniques
Il n’est pas facile de résumer en quelques lignes toutes les bonnes astuces que vous devez employer pour réaliser un bon Matte Painting, mais voici douze règles d’or à respecter :

1/ Créer les éléments ajoutés en tenant compte de la perspective (apprenez la perspective si vous ne la connaissez pas.
Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Perspective pour démarrer.

2/ Respecter les canons de la composition, que sont la règle de la balance, des trois tiers (horizontaux et verticaux) et du Nombre d’Or notamment. Voir fr.wikipedia.org/wiki/Règles_de_composition_dans_la_peinture_occidentale
Mais ce point 2 est à lui seul un énorme morceau qui demande des années de travail…

3/ Détourer les éléments du décor en utilisant des calques

4/ Travailler très intensément le ciel, qui va donner l’ambiance générale du Matte Painting

5/ Travailler la lumière (n’hésitez pas à ajouter vos propres sources lumineuses)

6/ Faites une ébauche du Matte Painting en moins d’une heure pour avoir l’idée générale

7/ Travailler soigneusement les formes à partir de leurs contours

8/ Créer ou trouver de bonnes textures (voir par exemple sur www.cgtextures.com)

9/ Soigner la correction colorimétrique avec l’aide de photos de références

10/ Utiliser votre Matte Painting comme Camera Mapping dans un logiciel 3D (Maya, 3ds Max, etc.). Voir de nombreux didacticiels sur Internet si vous ne savez pas faire.

11/ Utiliser les logiciels 3D pour placer certains éléments dans votre Matte Painting

12/ Utiliser un logiciel de compositing pour faire des effets de Matte Painting animé (After Effects, Nuke, ou encore CinePaint (http://www.cinepaint.org/), avec des options de calques 3D pour faciliter la mise en place des effets.

Vous l’aurez sans doute compris, il s’agit là de douze travaux d’Hercule : on ne devient pas un bon Matte Painter en quelques heures ! Mais c’est un métier passionnant, riche et créatif…Alors, si ça vous tente….

Catégorie : Logiciels & TechniquesSecteur 3D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cialis