https://www.e-tribart.fr/blog/confiants-dans-leurs

Le Hobbit : la Désolation de Smaug

© Warner Bros
© Warner Bros

Le second volet de la trilogie du « Hobbit », on l’attend tous désormais avec la plus grande impatience ! Peter Jackson a encore frappé fort en adaptant le premier livre de Tolkien. Les fans de la première heure du Seigneur des Anneaux sont ravis et Weta Digital a encore eu du pain sur la planche… Retrouvons notre cher Bilbo dans une aventure épique !

Bilbo & les 13 nains

Nous suivons dans ce deuxième film les aventures de Bilbo et de la compagnie de nains, ainsi que du magicien Gandalf, dans une fabuleuse épopée vers Erebor, un ancien royaume nain détruit par le dragon Smaug. Le but : déloger celui-ci afin de reconquérir Erebor et la gloire des nains. Ils devront traverser le val d’Anduin, la terrible forêt noire et la ville d’Esgaroth, où ils vont connaître de nouvelles aventures ! La série, adaptée du roman de Tolkien, prend une tournure épique que les fans de Lord of the Rings attendent depuis longtemps. On retrouve le même casting que dans le premier Hobbit, plus quelques bonnes surprises comme Legolas ou Tauriel, des elfes venus en aide. Dans une vidéo Youtube, la question « est-ce difficile de faire un deuxième film, un entre-deux ? » a été posée à Peter Jackson, et celui-ci avait répondu que le deuxième film est certes une épreuve d’endurance (comme pour les Deux Tours) mais qu’il est très intéressant au niveau du scénario ; on suit plusieurs personnages en même temps, et l’histoire s’intensifie. On verra nos protagonistes dans plusieurs cités, paysages, ils affronteront des ennemis coriaces et déjoueront des pièges : une belle aventure qui s’annonce…

Le retour du roi Jackson

Peter Jackson est devenu le roi d’un geekdom (contraction de « geek » et « kingdom ») autour de l’œuvre de Tolkien. Spécialiste de toute la Terre du Milieu, il ne se départit jamais d’un bon mug de thé, tout en scannant de son œil d’expert le tournage et les acteurs. Petite anecdote : Peter Jackson est arachnophobe, du coup les séances de montage avec les araignées en images de synthèse ne sont pas une partie de plaisir pour le réalisateur ! Le projet de l’adaptation du Hobbit au cinéma n’était pas destiné à Peter Jackson dès le départ : Sam Raimi devait le réaliser, puis Guillermo del Toro. Ce qu’on peut définitivement dire de Peter Jackson, c’est qu’il est amoureux de son travail, et passionné par ses films.

© Warner Bros
© Warner Bros

Un tournage monumental

Le tournage du film « The Hobbit : Desolation of Smaug » a encore été gigantesque. On peut en avoir un aperçu dans le blog vidéo qu’à tenu Peter Jackson sur Youtube, qui suit les aventures du « set » de la trilogie. Quelques semaines dans l’intimité des équipes de tournage, du transport aux VFX, des acteurs aux maquilleurs, etc. L’environnement a bien évidemment été tourné en Nouvelle-Zélande. Quant aux décors, certains sont immenses, créés de manière hyper réaliste : des quartiers de ville reproduits dans la réalité, avec des bateaux, tavernes. « Massive work » comme disent les américains…

© Warner Bros
© Weta Digital

Le nombre d’accessoires fait tourner la tête : des milliers d’épées, costumes, cordes, animaux empaillés, arcs, squelettes, armures… Des toiles d’araignées plus vraies que nature ont été posées sur le plateau, et surtout sur les acteurs ! Le tournage n’a pas été de tout repos parfois, avec notamment la scène de la rivière où les Nains et Bilbo sont dans des tonneaux, où l’équipe a eu de la pluie et des orages. Cette séquence particulière s’est réalisée dans une vraie rivière, mais aussi dans une rivière artificielle installée dans les locaux : un véritable challenge. Un des soucis que la team du Hobbit a dû aussi « affronter », c’est… le bruit ! Certaines scènes se tournaient près d’un aéroport, donc 2 personnes du staff devaient toujours surveiller le départ et l’arrivée des avions, afin que le bruit ne puisse pas empêcher les acteurs de jouer… Un drôle de boulot ! Le travail des sons (eaux, grognements, arcs, arbres, etc.) a été incroyable et très bien réalisé. La B.O, réalisée par l’Orchestre Philarmonique de Nouvelle-Zélande et dirigée par Howard Shore sera comme toujours un chef-d’œuvre. Il faut savoir que chaque session de 6 heures de musique sera à la fin 10 minutes pour le film.

© Warner Bros
© Warner Bros

Des créatures et des environnements terrifiants

Le dragon Smaug tient l’affiche, et pour cause, il s’agit du terrible dragon que Biblo et toute la compagnie doit affronter. Smaug n’est pas un monstre comme les autres, c’est un psychopathe intelligent, prêt à tout pour garder son trésor. Smaug doit être très impressionnant et une vraie révélation pour le spectateur, qui s’attend à le voir depuis le 1. Rendre crédible un dragon entièrement numérique n’a pas été facile : c’est Benedict Cumberbatch, qui incarne le dragon. Par sa voix, ses expressions, ses yeux, l’acteur a aidé l’équipe qui s’est inspiré de son jeu pour donner une personnalité unique au monstre. Le plateau de tournage de l’antre de la bête est immense, avec une montagne d’or, de bijoux et de bibelots précieux. Des personnes de l’équipe ont dû se rouler, sauter dans l’or pour que ceux qui s’occupent des effets spéciaux puissent reproduire le mouvement et la vitesse des pièces, pour ensuite les reproduire dans toute la salle du trésor. Quant aux araignées, elles apparaissent dans la forêt de Mirkwood : celle-ci a d’ailleurs été l’objet de nombreux matte paintings, art compositing et digital painting. Elle est sombre, terrifiante, et porteuse de nombreux dangers. Pour créer cette forêt, les concepteurs se sont grandement inspirés des concept-art de John Howe et des dessins d’Alan Lee pour réaliser une forêt inquiétante, sombre et pleine de mystères. Des modèles réduits ont également été créés. Les maquettes ont été modélisées pour qu’en studio, l’aspect définitif soit fait à la fois à grande échelle et par simulés par ordinateur. Finalement, beaucoup de modélisation à la main (il y avait même de la pâte à modeler !) et de l’aide par ordi avec un logiciel qui fait pousser automatiquement les arbres prévus. Ce logiciel baptisé « Lumberjack » par John Letteri fait grandir n’importe quel type d’arbre. Le combat contre les araignées s’est bien sûr fait avec les acteurs, faisant semblant de se battre, et les araignées ont été réalisées par ordinateur. Le troisième opus du Seigneur des Anneaux comportait Arachne, les concepteurs avait là une « belle » base pour modéliser ces bestioles si charmantes !

© Weta Digital
© Weta Digital

Weta for ever

La magie du studio Weta Digital va encore faire effet pour ce deuxième opus. On retrouve le High Frame Rate, la fameuse caméra qui filme 48 images par seconde, au lieu de 24 dans le cinéma traditionnel. Joe Letteri, PDG de Weta Digital, explique l’impact du 48 fps sur la post-production : deux fois plus de travail, mais on peut vraiment voir les micros expressions, mieux apprécier les mouvements rapides. Selon lui, le réalisme est véritablement l’avenir des effets visuels : l’abstrait, au cinéma, ne veut désormais plus rien dire pour les nouvelles générations, habituées à la HD, à la 3D et maintenant à plus de 24 images par seconde. En effet, malgré le phénomène « Hobbit », Hollywood ne souhaite pas adopter cette nouvelle technique cinématographique. Deux camps sont opposés : ceux qui reprochent le côté artificiel des images, et ceux qui adoptent le 48/s en aimant cet hyper-réalisme. Quelques reproches ont été adressés au premier Hobbit, notamment envers les créatures CGI pures, car dans le Seigneur des Anneaux il y avait plus d’acteurs en live-action et moins de persos entièrement ajoutés à l’ordi. Certains ont regretté la forte combinaison effets visuels + véritables acteurs, là où dans le Hobbit les vrais acteurs ne sont plus si nombreux.

© Weta Digital
© Weta Digital

La Désolation de Smaug ne sera certainement pas une désolation pour les spectateurs, c’est certain ! Des acteurs doués, des effets spéciaux maîtrisés, un réalisateur qui connaît son sujet ainsi que beaucoup de surprises de taille, le deuxième volet de la trilogie du Hobbit va-t-elle connaître son apogée ? Direction le cinéma le plus proche pour le savoir…

hobbit7

Sources :

– Art of VFX
– Hfr movies
– Art of vfx
– Itsartmag
– Allociné
– Whattheculture
– Effets-speciaux.info

Catégorie : CinémaEntertainment

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les dents peuvent commencer à mal pour diverses raisons, même les personnes qui sont confiants dans la santé de leurs dents, peuvent parfois éprouver une sensation douloureuse. Cela peut être causé par certains facteurs, tels que les troubles du système nerveux, rhumes, ou si vous êtes dans la rue. Naturellement, vous ne serez pas en mesure de déterminer la cause de la douleur vous-même, et de diagnostiquer vous-même, mais si vous avez récemment visité le Bureau du dentiste et le médecin a confirmé que vous avez sur le http://mangopharmacieenligneblog.fr/acheter-cialis des dents saines et il n'y a pas de maladies de la cavité buccale, et la douleur n'est pas Retraites, ne vous précipitez pas à boire des analgésiques. Ces médicaments, en plus de l'effet apaisant, sont souvent contre-indications et sont parfois addictif.