https://www.e-tribart.fr/blog/confiants-dans-leurs

Godzilla, une légende renaît

Si le film de 1998 de Roland Emmerich avait laissé les fans très déçus, ce nouveau Godzilla réussira-t-il à les convaincre ? Réalisé par Gareth Edwards, le Godzilla de 2014 semble mieux fait, du moins au niveau des effets spéciaux. L’histoire est un peu plus complexe et on aura quelques surprises ! Zoomons ensemble sur les effets visuels d’un long-métrage très attendu…

godzilla2

De père en fils

Une centrale nucléaire tombe et une équipe secrète de scientifiques fait porter le chapeau à la nature… pendant plusieurs années, ils savaient qu’un ou plusieurs monstres se cachaient sous terre et dans l’eau, mais sans rien révéler à personne. Le scientifique Joe Brody, joué par Bryan Cranston (Breaking Bad) devient obsédé et suspicieux suite à un incident dans la centrale. 15 ans plus tard, son jeune fils est devenu grand, il est parti à l’armée (son travail est de désamorcer les bombes) et il est père lui aussi. Il ne reconnaît plus son propre père qui s’est enfermé dans ses théories sur le complot du gouvernement et l’écholocation. Seulement il avait raison… Et c’est lorsque deux monstres font surface, les « Muto » que l’humanité va avoir besoin d’un sauveur. Il est grand, il a des écailles, il pousse un rugissement effrayant… Godzilla !

godzilla3

Un monstre, un sauveur : Godzilla

Jim Rygiel est le superviseur général VFX du film, et il est connu pour avoir remporté 3 oscars des meilleurs effets visuels, un pour chacun des films du « Seigneur des Anneaux ». Il a également travaillé sur Alien 3, Batman Returns, Amazing Spider-Man… Ce monsieur est donc un monument des effets spéciaux ! Le studio MPC était en charge de beaucoup de plans de Godzilla, notamment la plupart des séquences où on voit les monstres. Supervisée par Guillaume Rocheron, l’équipe de MPC a travaillé de nombreux mois afin de dessiner les concepts art de Godzilla : il se devait de respecter le design original, tout en l’incrustant dans un univers sombre et réaliste. Les références : des ours, des reptiles, d’aigles, de chiens… après tout Godzilla est proche de beaucoup d’animaux à la fois ! Les concepteurs se sont également inspirés des anciens Godzilla, et on peut dire qu’ils ont réussi à garder l’essence originelle du monstre japonais. Il possède des côtés humains avec ses pattes et son visage, tout en conservant sa nature sauvage et brute lorsqu’on le voit combattre ou nager sous l’eau. Certains se sont même plaints que Godzilla soit « trop gros » : 108 mètres de haut… Selon le réalisateur, il est l’incarnation de la colère de la nature : le symbole de Mère Nature qui se réveille et qui est très mécontente ! Le réalisateur et les concepteurs ont voulu que Godzilla soit comme le tout dernier guerrier samouraï : il est obligé de revenir sauver tout le monde alors qu’il aurait voulu rester tranquille. Parlons du cri du monstre, mythique, et développé au départ par Akira Ifukube, en frottant un gant de cuir enduit de résine sur les cordes d’une contrebasse. L’équipe actuelle du film de 2014 a repris ce son tout en le numérisant et en y apportant des améliorations.

godzilla4

Du Japon à San Francisco

On voit énormément de plans de villes, bâtiments, maisons, avions, bateaux etc. détruits. C’est le cœur du film : voir les dégâts qu’on causés les monstres sur leur passage. MPC a utilisé l’outil « Kali », spécialisé dans la simulation de la destruction : on remarquera que les plans de destructions sont ultra-réalistes et très détaillés ; ils ont donc pour le film amélioré le rendu de Kali. Double Negative est également un studio qui a œuvré pour le film, sous le contrôle de Ken McGaugh. Le studio Scanline a réalisé la séquence de tsunami à Honolulu. Pour ce qui est de la 3ème partie du film, qui se déroule à San Francisco, l’équipe de tournage a réalisé plusieurs prises de vue en déployant 5 caméras panoramiques gigapixels, qui couvraient tous les angles et permettaient de retravailler sur les séquences grâce à la prévis. MPC a ensuite réalisé une représentation CG de la ville et les concepteurs techniques ont ainsi pu créer les mouvements de caméra et incruster ce qu’ils voulaient. Une partie du Golden Gate de San Francisco fut reconstituée en studio (120 mètres tout de même !), comme le cœur du réacteur de la centrale nucléaire.

godzilla5

Godzilla peut laisser à désirer au niveau du scénario par quelques raccourcis et quelques scènes prévisibles ; néanmoins, le talent de Bryan Cranston et la parfaite maîtrise des effets spéciaux jouent un rôle particulièrement important dans le film ! Lorsqu’on voit pour la première fois Godzilla en entier et qu’on l’entend rugir, le spectateur est parcouru de frissons… le pari est donc réussi ? Seuls les fans du monstre pourront le dire !

Sources :
Allociné : secrets de tournage

Art of VFX : Jim Rygiel

FXGuide : Learning from Godzilla

Catégorie : CinémaEntertainment

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les dents peuvent commencer à mal pour diverses raisons, même les personnes qui sont confiants dans la santé de leurs dents, peuvent parfois éprouver une sensation douloureuse. Cela peut être causé par certains facteurs, tels que les troubles du système nerveux, rhumes, ou si vous êtes dans la rue. Naturellement, vous ne serez pas en mesure de déterminer la cause de la douleur vous-même, et de diagnostiquer vous-même, mais si vous avez récemment visité le Bureau du dentiste et le médecin a confirmé que vous avez sur le http://mangopharmacieenligneblog.fr/acheter-cialis des dents saines et il n'y a pas de maladies de la cavité buccale, et la douleur n'est pas Retraites, ne vous précipitez pas à boire des analgésiques. Ces médicaments, en plus de l'effet apaisant, sont souvent contre-indications et sont parfois addictif.